Réservé aux membres :
 
 

Entraide matérielle

L'entraide, tout d'abord matérielle, s'adresse à ceux qui, momentanément dans le besoin, la sollicitent. Une enquête, diligentée par la direction et le bureau est transmis par le Président au conseil d'administration, seul habilité à accorder ou non le secours.

Il pourra s'agir d'une allocation d'entraide, d'un prêt d'honneur sans intérêt, d'une allocation de décès… ou de bourses d'études accordées aux enfants méritants de membres.

La recevabilité des demandes de bourses d'étude se basera sur les critères suivants : réservée aux enfants de membres et uniquement pour des études supérieures à l'exception des spécialisations, réussite de la première année. De même, dans le cas où un étudiant entreprendrait deux cycles successifs d'études, le nombre total de bourses sera limité au nombre d'années, la première exclue, du cycle le plus long.

Pour la détermination des montants, le conseil d'administration tiendra compte des revenus des parents, de la composition de la famille et de la qualité des résultats obtenus l'année antérieure.


Parrainage

De même, depuis 1994, la Société parraine les orphelins (de moins de 18 ans) dont l'un des parents a été victime du devoir et décoré à titre posthume dans l'Ordre de Léopold. Ce parrainage prend la forme d'un dépôt d'une somme d'argent sur un compte d'épargne bloqué jusqu'à la majorité de chaque jeune. Parmi les principaux bénéficiaires, nous pouvons citer :

  • les six orphelins laissés derrière eux par nos commandos assassinés à Kigali ;
  • le fils du commandant B. Borrey tombé à Mostar ;
  • les deux orphelins laissés par le premier sergent-major Vomberg, de la Force Aérienne, décédé en essayant de sauver les passagers du C130 qui s'est écrasé à Eindhoven en 1996 ;
  • la fille de l'adjudant-chef Primo Pauletig, de la Gendarmerie (maintenant Police Fédérale), assassiné lors d'une intervention pendant les fêtes de Wallonie 2000 ;
  • les enfants du capitaine aviateur Desirotte tombé en service commandé lors d'une interception de nuit.

Entraide morale

Dans la pratique, l'activité principale d'entraide est d'ordre moral, par l'organisation de réunions périodiques sous formes de conférences, de sorties organisées ou de voyages, par des visites aux membres isolés ou hospitalisés et par la présence de membres aux obsèques de sociétaires.

Retour