Réservé aux membres :
 
 

Bien porter ses décorations, c'est être fier d'être belge

La culture nationale belge s'est formée, notamment, autour de valeurs, de traditions et de symboles communs. Les distinctions honorifiques, qui font partie du système officiel de récompenses, appartiennent à cette culture. Elles incarnent, entre autres, l'honneur, la bravoure, le mérite ou le courage.

Fête nationale, 11 novembre et fête du Roi sont quelques-unes des occasions au cours desquelles le Roi et la famille royale, les juges et les magistrats, les militaires, les anciens combattants et les vétérans sont encore quasi les seuls à arborer leurs décorations.

Leur design n'a plus guère évolué depuis le XIXe siècle, ce qui les rend inconfortables à porter sur des vêtements modernes. Si épingler la reconnaissance de ses mérites sur un veston d'homme est déjà malaisé, imaginez la difficulté sur un vêtement féminin.

Bien porter ses décorations peut s'assimiler à un parcours du combattant car la documentation les concernant fait largement défaut. Il n'est donc pas inutile de rappeler quelques règles élémentaires afin de bien porter ses décorations.

Quelques règles élémentaires

  • En présence du Roi ou d'un membre de la famille royale, à moins que d'autres directives aient été prescrites, seuls les grands modules des distinctions honorifiques sont portés et jamais les bijoux en miniature ou les diminutifs aux couleurs des rubans.
  • Les distinctions s'accrochent sur le côté gauche de la poitrine, rangées à partir du centre en ordre décroissant d'importance.
  • La priorité est donnée aux ordres belges, répartis en classes (grand-croix, grand officier, commandeur, officier, chevalier, palmes et médailles). Ils sont trois, par ordre décroissant d'importance : Léopold, Couronne et Léopold II. On ne porte qu'une seule classe par ordre !(Tab. I)
  Officier Chevalier Palmes d'or Palmes d'argent Médaille d'or Médaille d'argent Médaille de bronze
Ordre de Léopold
(*)
Pas d'application
Ordre de la Couronne
Ordre de Léopold II Pas d'application

Tab. I : 4e, 5e et 6e classes des ordres nationaux belges.

(*) Seule la catégorie militaire, avec glaives croisés, est ici représentée. La catégorie civile, sans glaives croisés, suit les mêmes règles.

  • Viennent ensuite les autres décorations officielles belges. Une décoration est officielle lorsqu'elle a été créée par une loi ou par un arrêté royal.
  • Un règlement prévoit l'ordre dans lequel les militaires doivent porter leurs décorations(Tab. II). Si elles ne sont plus citées, les décorations de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée restent évidemment prioritaires.
1. Décoration militaire pour service exceptionnel ou pour acte de courage ou de dévouement (1re et 2e classes)
2. Croix militaire (1re et 2e classes).     
3. Décoration militaire pour ancienneté (1re et 2e classes).     
4. Croix d'honneur pour service militaire à l'étranger (1re, 2e et 3e classes).     
5. Médaille commémorative pour opération humanitaire armée + barrette(s) sur le ruban.
6. Médaille commémorative pour opération ou mission à l'étranger. Les militaires à la retraite sont autorisés à porter sur le ruban un maximum de 3 barrettes avec le nom des missions auxquelles ils ont participé à condition que ces barrettes aient été attribuées avant le 17 septembre 2004. Dans tous les autres cas, le nombre de missions (> 1) auxquelles la personne a participé est indiqué sur le ruban par un chiffre arabe en bronze de 9 mm de haut.
7. Médaille du mérite. Aucune barrette n'est officiellement prévue pour être portée sur le ruban.
8. Médaille commémorative des marches de la Force terrestre (MESA et quatre jours de l'Yser). Bien qu'il ne s'agisse pas de décorations, le port de ces médailles est autorisé jusqu'au 31 décembre de l'année qui suit l'année de participation ou de manière permanente à partir de 3 participations.     

Tab. II : décorations militaires belges.

  • Une telle liste existe aussi pour les décorations civiles (Tab. III).
A Médailles du Carnegie Hero Fund
Or, argent et bronze
B Décorations civiques pour acte de courage ou de dévouement
Croix de 1re et de 2e classe     
Médaille de 1re, 2e et 3e classe         
C Décorations civiques pour ancienneté de services administratifs
Croix de 1re et 2e classe     
Médailles de 1re, 2e et 3e classe         
Croix de 1re et 2e classe pour service d'incendie     
Médaille de 1re et 2e classe pour service d'incendie         
D Décorations du travail
1re et 2e classe (La guirlande de lauriers entourant le bijou est émaillée de bleu, sauf pour les travailleurs agricoles, cultivateurs, éleveurs, horticulteurs, aviculteurs, etc pour qui l'émail est vert)     
E Décorations spéciales
Mutualité, 1re et 2e classe     
Coopération, 1re et 2e classe     
Prévoyance, 1re et 2e classe     
Union professionnelle, 1re et 2e classe     
Agricole, 1re et 2e classe     
F Insigne d'honneur de lauréat du Travail
1re, 2e et 3e classe Pas de photo disponible

Tab. III : principales décorations civiles belges.

Cas particuliers

  • Les anciens combattants et les vétérans, titulaires à la fois de distinctions militaires et civiles, donneront la priorité à leurs décorations militaires tout en mettant d'abord en évidence celles pour actes de courage ou de dévouement, celles pour la Seconde Guerre mondiale et la guerre de Corée, celles pour ancienneté et enfin les autres décorations.
  • Les ordres officiels étrangers sont portés en ordre chronologique d'attribution après les ordres nationaux belges. Les autres décorations officielles étrangères sont portées en ordre chronologique d'attribution après les décorations officielles belges.

Tolérances et interdictions

  • Le port d'un ordre étranger doit avoir été autorisé par le Roi. Les ordres étrangers sont portés après les belges suivant leur date d'attribution.
  • Aucun militaire en service ne peut porter une distinction honorifique étrangère sans autorisation royale.
  • Les décorations belges qui n'ont pas été créées par une loi ou par un arrêté royal ne sont pas reconnues officiellement, même si elles ont été instaurées par un autre niveau de pouvoir officiel (région, province, ville, commune…), par une institution reconnue (Croix-Rouge, service d'incendie…) ou par une association patriotique, philanthropique ou autre. Leur port après toutes les autres distinctions est toutefois toléré, sauf pour les militaires en service actif, à condition de ne pas permettre la confusion avec les distinctions officielles. Les titulaires de décorations non officielles se limiteront à les arborer lors d'événements en rapport direct avec l'institution qui les a distingués.
  • Les distinctions honorifiques d'organismes internationaux auxquels l'Etat belge adhère (OTAN, ONU, Union européenne, OSCE…) sont assimilées à des distinctions belges mais sont portées après celles-ci.

Les illustrations ci-dessus proviennent principalement du règlement sur les tenues militaires (DGHR-REG-DISPSYS-001) du 20 février 2006 et de la documentation du SPF Affaires étrangères. Nous remercions également la firme TOULET – VAN BAEL qui nous a autorisé à reproduire certaines photos placées sur son site Internet et le Lieutenant-Colonel BEM Eric TRIPNAUX pour ses conseils techniques.

Retour